Ni privatisation ni course à la rentabilité, les services postaux doivent être au service de la collectivité

Editorial
21/09/2009

Le Parlement se prépare à entériner le changement de statut de La Poste. Ce projet contre lequel les postiers étaient en grève en début de semaine concerne tous les travailleurs et, au-delà, toutes les classes populaires.

Pas seulement parce que les 7 700 emplois supprimés à La Poste rien que cette année et les autres encore à venir aggravent le chômage. Mais aussi parce que les services publics participent pour une large part aux conditions d'existence des salariés. Les livrer aux capitaux privés, c'est en rendre l'accès plus cher et plus difficile aux couches les plus démunies. C'est les démolir.

Dans cette société capitaliste où l'argent est roi, les services postaux, l'éducation, la santé, les transports collectifs, les télécomunications, l'approvisionnement en eau et en énergie, ainsi que l'élimination des déchets doivent rester ou redevenir des services publics. Ils ne doivent pas être gérés pour rapporter du profit privé, ni être soumis aux lois du marché, stupides et inhumaines. Ils doivent satisfaire les besoins collectifs.

C'est lorsque les services postaux étaient dans une certaine mesure à l'abri de la concurrence et de la course au profit qu'ils ont pu rendre service à tous en desservant les villages les plus reculés, en quadrillant le pays d'un réseau dense de bureaux et en assurant partout un tarif unique abordable.

Mais, depuis une dizaine d'années, au bas mot, les gouvernements successifs, ceux de droite mais aussi ceux avec des ministres socialistes et communistes, ont progressivement introduit la recherche de rentabilité à La Poste et ouvert à la concurrence du privé un nombre croissant de services postaux. Cela s'est déjà traduit par la disparition d'un bureau de poste sur trois, le raccourcissement des heures d'ouverture dans certains bureaux des quartiers populaires, l'allongement des queues dans les autres. Un tiers des bureaux de poste disparus, ce sont des milliers de communes privées de service postal, l'obligation de se déplacer vers une commune plus grande avec tout ce que cela comporte de difficultés pour les personnes âgées ou handicapées. Sans parler de la dégradation des liens sociaux que représentent la fermeture d'un bureau de poste ou la disparition du facteur. Quant à la distribution du courrier deux fois, voire, dans certaines grandes villes, trois fois par jour, cela fait partie des souvenirs lointains.

Toutes les mesures prises dans le sens de la rentabilité sont des mesures réactionnaires. L'évolution vers la privatisation est une régression sociale grave.

Le changement de statut de La Poste est la dernière en date des mesures vers la privatisation. Les quelques avantages garantis par ces statuts, une certaine stabilité de l'emploi notamment, ont été remis en cause depuis belle lurette et complètement démolis pour les postiers non fonctionnaires qui représentent la moitié des effectifs.

Le gouvernement jure que La Poste restera à 100 % publique. Plus menteur, tu meurs, à l'expérience des entreprises privatisées comme EDF, GDF ou France Télécom où l'on avait, à l'époque, servi les mêmes mensonges ! Il n'est pas difficile de deviner que les capitaux privés mettront la main sur les activités rentables. Et, pour faire de l'argent sur le dos des consommateurs et des travailleurs du secteur, ils augmenteront les prix pour les uns et ils imposeront aux autres des réductions drastiques d'effectifs, la flexibilité et la précarité.

Les services ne seront convenablement assurés qu'à ceux qui peuvent payer, et tant pis pour les autres ! Alors, pas de Poste à deux vitesses, pas de profit privé sur le dos des usagers, annulation de toutes les ouvertures du service postal aux prestataires privés !

Arrêter la privatisation nécessite le même changement de rapport de force que pour arrêter les licenciements, la précarisation et la baisse du pouvoir d'achat. Les luttes éparpillées problème par problème, secteur par secteur, n'y suffisent pas.

Seul un mouvement déterminé de l'ensemble des travailleurs peut arrêter l'offensive du patronat et du gouvernement. Cela ne se décrète pas mais cela se prépare et, en tout cas, c'est la seule voie pour empêcher les capitalistes de faire payer la crise de leur économie aux exploités !

Arlette LAGUILLER