Contre les mensonges des ministres, solidarité avec les grévistes des aéroports

Editorial des bulletins d'entreprise
19/12/2011

Le mouvement de grève des agents de sûreté, chargés du contrôle des bagages des passagers dans les aéroports, s'est poursuivi pendant le week-end. Il continue ce lundi. La ministre de l'Ecologie et des Transports, Kosciusko-Morizet, s'est déclarée « choquée » des inconvénients que la continuation de cette grève implique pour les voyageurs : vols perturbés, avions retardés. Et, une fois de plus, plusieurs députés de droite revendiquent en chœur la limitation du droit de grève dans le transport aérien !

Eh oui, lorsqu'une catégorie de travailleurs arrête le travail, cela a des conséquences ! Preuve que, sans les travailleurs, rien ne fonctionne.

Pour que les avions volent, pour que des millions de personnes puissent se déplacer par ce moyen, il faut la collaboration d'une multitude de catégories de travailleurs : pilotes, hôtesses de l'air, bien sûr, mais aussi mécaniciens, bagagistes, agents de piste ou de sûreté, agents d'accueil ou d'entretien. Leurs qualifications sont différentes, leurs salaires aussi. Les uns dépendent des aéroports, les autres des compagnies aériennes, d'autres encore de multiples sociétés sous-traitantes. Ils ont tous en commun que, sans eux, les entreprises ne peuvent pas fonctionner, ne peuvent pas remplir leur rôle social, et qu'elles ne peuvent pas non plus produire du profit. La seule catégorie sociale liée au secteur qui est totalement inutile est celle des actionnaires, des propriétaires des compagnies aériennes.

Il en va ainsi pour toutes les entreprises. Leur fonctionnement résulte du travail d'une multitude de salariés pour le seul profit d'une poignée d'exploiteurs.

Les agents de sûreté protestent contre les salaires bas mais aussi contre les conditions de travail déplorables : horaires de galère, travail parfois sept jours sur sept, absence de salles de repos et de cantine. Ils revendiquent une augmentation de salaire de 200 euros.

Les grévistes se heurtent non seulement à leurs directions, les entreprises du secteur, Brinks, Securitas et autres ICTS France, mais aussi aux donneurs d'ordre, les aéroports et les compagnies aériennes. À tous ceux qui ont intérêt à ce que les avions volent, les profits rentrent et que les salariés se laissent exploiter en silence. Et tout ce beau monde peut compter sur les dirigeants politiques qui, pour faire taire ceux qui osent revendiquer, brandissent les intérêts des usagers.

La solidarité de tous les travailleurs doit aller aux grévistes. D'autant plus que les revendications qu'ils avancent sont largement partagées par l'ensemble du monde du travail ! La dégradation du pouvoir d'achat est, avec le chômage, un des fléaux qui frappent le monde du travail.

Le blocage des salaires, officiellement déclaré il y a presque trente ans par un gouvernement socialiste, survit aux changements de gouvernement. Les prix augmentent pourtant, et à un rythme de plus en plus rapide avec l'aggravation de la crise financière. Ils augmentent en particulier pour les produits et les services les plus indispensables : loyer, gaz, électricité, fioul, transport, sans parler des produits alimentaires de base. Aux hausses de prix s'ajoutent les prélèvements croissants de l'État lui-même.

L'augmentation générale des salaires est une nécessité pour l'ensemble des salariés, rien que pour annuler la perte du pouvoir d'achat accumulée au fil des ans. Et une fois la hausse des salaires obtenue, il est nécessaire de la garantir par l'indexation automatique et immédiate des salaires sur les hausses de prix constatées par les salariés eux-mêmes, et non pas par des officines gouvernementales.

Cet objectif doit être dans le programme des futures luttes des travailleurs, à côté de ceux, indispensables, contre le chômage : l'interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire.

Alors, solidarité avec ceux qui se battent pour une augmentation de salaire, oui ! Mais, bien au-delà de la simple solidarité, il faut être conscient que tous les travailleurs de quelque catégorie et de quelque secteur qu'ils soient ont les mêmes intérêts face à la classe capitaliste et à son État. Ils doivent unir leurs forces pour obtenir satisfaction par le seul moyen possible : la lutte collective.

Au cours de la lutte collective que le patronat et l'État finiront par provoquer, le monde du travail se rendra compte que, pour obtenir satisfaction à ses revendications vitales, il faudra s'en prendre à la dictature du grand capital sur les entreprises et la société. Dans la guerre sociale aggravée par la crise, c'est eux ou nous : leur profit ou notre droit à la vie !