Vive la lutte des travailleurs grecs !

Communiqué
20/10/2011

200 000 travailleurs grecs ont manifesté hier contre le nouveau plan d'austérité, alors que le pays connaît une grève générale de 48 heures. Les travailleurs des transports, des écoles, des services publics, des commerces et de nombreuses entreprises privées sont en grève contre le nouveau plan d'austérité gouvernemental.

Sous la pression de l'Union européenne et du FMI, le pouvoirdu soi-disant socialiste Papandreou veut en effet mettre 30 000 fonctionnaires au chômage technique, privatiser des entreprises où les salaires seront réduits, remettre en cause les conventions collectives pour baisser les salaires dans le privé et augmenter les impôts des classes populaires. « C'est la bataille de toutes les batailles », a lancé le ministre des Finances d'un gouvernement aussi déterminé contre les travailleurs qu'il est pleutre devant les capitalistes.

Banquiers, spéculateurs, institutions européennes et gouvernement grec sont en train de transformer la Grèce en pays du Tiers-monde : le chômage a doublé pour toucher, officiellement, 17% de la population, 42% des jeunes. L'état sanitaire de la population se dégrade, les suicides et les départs se multiplient. C'est la réalité des « plans de sauvetage » : ils visent surtout à préserver les banques françaises et allemandes, qui détiennent la dette de la Grèce, lui imposent des taux usuraires et gagnent de l'argent.

La situation de la Grèce aujourd'hui, c'est peut-être la nôtre demain.

Alors, les travailleurs grecs ont mille fois raison de refuser de payer une crise dont ils ne sont pas responsables.

Nathalie ARTHAUD