Solidarité avec les ouvriers de Merck à  Éragny-sur-Epte

Communiqué
20/01/2012

Les travailleurs de Merck à Éragny-sur-Epte (Oise), l'un des géants de l'industrie pharmaceutique, sont en grève contre la fermeture de leur usine qui se traduirait par la perte de leur emploi pour 247 travailleurs. La situation de cette usine est à l'image de ce qui se passe aujourd'hui dans tout le pays. En 2010, Merck avait racheté l'entreprise Schering Plough, qui possédait l'usine d'Éragny, et avait immédiatement entrepris de supprimer près de mille emplois. Merck n'est pas vraiment une de ces PME submergées par la crise, c'est une multinationale qui a fait 12 milliards de profits en 2010, en a distribué 5 à ses actionnaires, et annonce que 2011 a été encore meilleure. Et Merck ne pourrait pas maintenir 247 emplois ? Elle le pourrait sans problème, ne serait-ce qu'en réduisant la part du gâteau qu'elle réserve aux actionnaires. Mais ceux-ci sont insatiables. Ils s'empiffrent au-delà même de l'indigestion. Que des femmes et des hommes se retrouvent aujourd'hui sur le pavé est le cadet de leurs soucis. Quel monde fou et dangereux !Tout mon soutien va aux travailleurs de cette usine en lutte contre la rapacité de leur patron, comme il va à toutes celles et à tous ceux qui relèvent la tête face à ces capitalistes qui fabriquent en permanence des chômeurs.

Nathalie ARTHAUD