Solidarité avec les grévistes de l’industrie pétrolière kazakhe !

Communiqué
28/06/2011

Pour exprimer sa solidarité avec les 15 000 ouvriers de l'industrie pétrolière du Kazakhstan occidental, qui ont démarré un mouvement de grève il y a plus d'un mois et demi pour obtenir des augmentations de salaires, la reconnaissance de leur syndicat indépendant du pouvoir, lequel réclame la renationalisation des entreprises privatisées et leur contrôle par les travailleurs, et pour condamner la répression qui s'abat sur les grévistes, ceux qui les aident, ainsi que sur leurs familles, Arlette Laguiller a envoyé, à la demande de militants de cette grève, la lettre suivante à divers représentants des autorités et des sociétés concernées :

« J'ai pris connaissance du scandaleux état d'absence de protection légale imposé aux ouvriers de l'industrie pétrolière du Kazakhstan occidental.

Je suis indignée par les agissements du président en exercice de Karazhanbasmunay JSC, Yuan Mu, qui a accusé la conseillère juridique du syndicat Karazhanbas, Natalya Sokolova, d' « incitation à la haine sociale ». Je suis aussi scandalisée par la réaction des autorités régionales de Mangistau qui n'ont jamais initié la moindre investigation sur les violences infligées aux ouvriers, mais qui au lieu de cela exercent des pressions sur eux et sur leurs familles.

Je soutiens totalement les revendications légitimes des ouvriers en grève de l'industrie pétrolière.

Je demande donc vivement aux autorités régionales de Mangistau, au département des Affaires intérieures et au Bureau du Ministère public de cesser leurs pressions à l'encontre des ouvriers de Karazhanbasmunay JSC et d'Ozenmunaygaz, tout comme celles exercées à l'encontre de Natalya Sokolova personnellement, et de mettre un terme à la répression contre leurs familles.

J'exige que les instances citées respectent les lois nationales et internationales concernant le monde du travail et la liberté syndicale en particulier.

J'exige que Natalya Sokolova soit immédiatement libérée et que soient levées toutes les charges retenues contre elle.

Je demande instamment que le département des Affaires intérieures et le Bureau du Ministère public ouvrent une enquête sur les violences et les voies de faits dont ont été victimes des militants syndicaux et qu'ils cessent leurs poursuites à l'encontre de ces derniers.

Je demande instamment que les directions des entreprises arrêtent totalement de faire pression sur les grévistes, qu'elles satisfassent leurs revendications et qu'elles réintègrent tous les travailleurs du pétrole qu'elles ont licenciés. »

Arlette LAGUILLER