Restriction du droit de grève : les députés veulent prendre les travailleurs en otages

Communiqué
24/01/2012

Aujourd'hui, l'Assemblée examine le projet de loi de restriction du droit de grève dans le transport aérien. Ce projet, comme d'autres projets du gouvernement, vise à réduire le droit des travailleurs à s'opposer aux coups qu'on leur inflige. Les responsables des grèves sont le gouvernement et les patrons qui, eux, ont toujours les mains libres.

Le gouvernement prétend vouloir éviter la « paralysie » des aéroports, au nom des intérêts des passagers. Quelle sollicitude ! Pourtant, la « paralysie » des écoles, privées d'enseignants ; la « paralysie » des hôpitaux, où sont fermés des milliers de lits et supprimés des milliers de postes ; la « paralysie » des régions ruinées par les fermetures d'usines - tout cela ne dérange pas le gouvernement. Le manque de personnel aux aéroports, non plus. Ses indignations sont à géométrie variable.

Que le Parlement adopte toutes les lois qu'il veut. Le jour où la colère populaire explosera, les travailleurs, dans les transports et ailleurs, n'auront que faire des préavis, des services minimums et autres entraves.

Nathalie ARTHAUD