Quand Hollande fait les gros yeux aux très riches…

Communiqué
28/02/2012

Deux semaines après avoir rassuré les financiers de la City, le candidat Hollande avait changé de ton pour s'adresser à ses électeurs des classes populaires. Hier à la télévision, il a annoncé une nouvelle tranche de l'impôt sur le revenu, à 75 % pour les quelques milliers de revenus supérieurs à 1 million d'euros annuels. On va sûrement entendre quelques bonnes âmes s'indigner de ce nouveau projet ; à commencer par celles du PS : Jérôme Cahuzac, chargé du budget dans l'équipe de Hollande, s'est dit « circonspect » et « attend de voir ».

Cette nouvelle tranche laisserait quand même un patron comme Carlos Ghosn (Renault), avec 2 millions d'euros nets d'impôt par an, à l'abri des Restos du Cœur... De plus, les plus gros revenus disposent de très nombreux moyens, légaux ou pas, d'échapper en tout ou en partie à la fiscalité sur le revenu, sans parler de celle sur le patrimoine.

Et, surtout, cette mesurette ne répond pas aux problèmes des travailleurs menacés de chômage ou déjà chômeurs, subissant les plans d'austérité et pour qui il est vital de préserver l'emploi et le salaire, leur seule source de revenu.

C'est aux plus riches d'assumer les conséquences de la crise dont ils sont responsables, au lieu de la faire payer aux travailleurs, il faudrait de tout autres mesures. Il faudra leur imposer de prendre sur leurs revenus et, au besoin, sur leurs fortunes, de quoi financer le maintien de tous les emplois, quitte à répartir le travail entre tous sans diminution de salaire. C'est un minimum indispensable si on veut empêcher que des centaines de travailleurs supplémentaires tombent chaque jour dans le chômage puis dans la pauvreté.