Non aux suppressions d’emplois chez Areva !

Communiqué
13/12/2011

1 200 ? 2 000 ? 5 000 ? 10 000 ? Personne ne sait au juste combien d'emplois seront supprimés dans le cadre du plan d'économies annoncé hier par la direction d'Areva. L'entreprise évoque des pertes, alors qu'elle profite cyniquement des débats et des oppositions autour du nucléaire pour faire du profit supplémentaire en économisant sur les salaires.

Areva est la première firme mondiale du nucléaire ; elle gagne de l'argent depuis 10 ans et a 44 milliards d'euros de commandes. Elle a largement de quoi financer le maintien de tous les emplois. Ses salariés n'ont aucune raison d'accepter d'être sacrifiés.

Les grandes entreprises qui licencient ou suppriment des emplois, qui dépouillent des milliers de familles de leurs seuls moyens de subsistance et aggravent le chômage, se comportent en bandits de grand chemin. Il faut les empêcher de nuire. Il n'y a aucun autre moyen de le faire que la lutte collective pour leur interdire de licencier et pour les contraindre à répartir le travail entre tous sans diminution de salaire.

Nathalie ARTHAUD