NON À L’INTERVENTION FRANÇAISE EN CÔTE D’IVOIRE !

Communiqué
05/04/2011

Une fois de plus, l'armée française intervient directement sur le territoire africain, cette fois en Côte d'Ivoire. Comme toujours, le prétexte est de "protéger les populations" mais l'intervention prend clairement parti pour un des deux clans qui s'affrontent, en l'espèce le camp d'Alassane Ouattara contre celui de Laurent Gbagbo. Ce n'est certes pas la première fois puisque la précédente intervention de l'armée française, en 2002, avait au contraire consisté à soutenir le clan de Gbagbo contre les forces armées du nord entrées en rébellion. Soutenant un clan après l'autre, le gouvernement français s'érige ainsi en arbitre des affrontements politiques qu'il a lui-même suscités, dans le seul but de protéger les intérêts des Bolloré et autres grands capitalistes français pour qui la Côte d'Ivoire est une chasse gardée et une importante source de profits. Il porte ainsi une grande part de responsabilité dans la montée des tensions ethniques et les affrontements qui en découlent. Le massacre qui a eu lieu à Duékoué peut laisser présager le pire et on peut se demander si les troupes françaises ne sont pas sur la voie de couvrir une tragédie de grande ampleur comme cela avait été déjà le cas au Rwanda.

Après l'Afghanistan, après la Libye, la Côte d'Ivoire est le troisième pays où l'armée française est engagée directement dans une guerre dont le résultat, loin d'être la protection des populations, risque d'être encore une fois l'accroissement du chaos. Lutte Ouvrière demande l'arrêt immédiat de ces interventions et le retrait immédiat des troupes françaises.

Nathalie ARTHAUD