Des députés soumis aux intérêts des capitalistes de la finance

Communiqué
22/02/2012

Comme prévu, l'Assemblée nationale a voté le MES, le mécanisme européen de stabilité. Un plan qui est la garantie demandée par les banquiers pour pouvoir continuer de jouer au casino de la finance. Les banquiers, les grands industriels, tout ce que la planète compte de milliardaires s'en donne à cœur joie en spéculant sur tout et n'importe quoi, et notamment la dette des États. Avec ce MES, les gouvernements, et hier la majorité des députés, ont assuré une fois de plus la finance qu'ils viendront à sa rescousse quoi qu'il en coûte aux populations.

La majorité des députés du parti socialiste, en s'abstenant, ont montré qu'ils ne veulent pas s'opposer aux intérêts de la finance.

Mais, les sacrifices imposés aux travailleurs grecs aujourd'hui, les amputations de salaire et de retraite, la démolition des services publics et l'explosion du chômage sont ce que les Etats se préparent à nous imposer demain quelle que soit la couleur des gouvernements.

Autant dire qu'un changement de gouvernement ne suffira pas pour s'opposer aux diktat des capitalistes de la finance et de l'industrie.