Budget de la Sécu : pour financer ses cadeaux aux riches, le gouvernement prêt à frapper les malades

Communiqué
25/10/2011

Aujourd'hui commence à l'Assemblée la discussion sur le budget de la Sécurité sociale. Pas de suspense : au menu, ce sera « l'austérité », ce mot pudique utilisé aujourd'hui pour ne pas dire : « l'appauvrissement des classes populaires ».

Déremboursement de centaines de médicaments, taxe sur les sodas, augmentation des mutuelles, voilà ce que le gouvernement a choisi pour réduire (un peu) le déficit de la Sécu. Autrement dit, ce sont les plus pauvres qui vont payer un déficit intégralement creusé par les plus riches, puisque le « trou de la Sécu » vient des exonérations de cotisations sociales accordées aux patrons, et du manque à gagner de cotisations provoqué par un chômage endémique.

Parmi toutes les mesures envisagées, l'une est particulièrement sordide : la baisse des indemnités journalières versées aux travailleurs malades. Pour gagner 220 malheureux millions d'euros, le gouvernement, ce même gouvernement qui est prêt aujourd'hui à sortir son carnet de chèques pour recapitaliser les banques à coups de dizaines de milliards, va appauvrir encore un peu plus les travailleurs dont le revenu est déjà amputé par la maladie.

Des milliards pour remercier les banquiers irresponsables d'avoir placé l'économie au bord du précipice ; des mesures de rétorsion contre les travailleurs malades. Voilà bien résumée tout la politique de ce gouvernement de petits commis des capitalistes.

Nathalie ARTHAUD