À Sarkozy, les banquiers reconnaissants

Communiqué
28/10/2011

La réaction des spéculateurs aux décisions du sommet européen ne s'est pas fait attendre : à la Bourse de Paris hier, les valeurs bancaires se sont envolées. La banque pourtant la plus exposée à la dette grecque, Société générale, a même gagné 22,5% en une journée.

Voilà qui rend encore plus ridicule un Sarkozy essayant péniblement de convaincre, à la télévision, qu'un « effort important » était demandé aux banques. D'effort, il n'y en a aucun, et le peu que les banques ont abandonné dans ce énième plan de sauvetage, sera garanti par les États. Les spéculateurs qui se sont rués sur les valeurs bancaires, hier, ne s'y sont pas trompés.

C'est aux peuples que l'on va demander de payer, pas aux banques : Sarkozy a annoncé que le précédent plan de rigueur de Fillon allait être alourdi, probablement par des augmentations du plus injuste des impôts, la TVA. Car les « 6 à 8 milliards » supplémentaires dont Sarkozy a besoin, il n'est pas question pour lui d'aller les prendre dans les poches de ses amis les riches.

Dans son émission, Sarkozy a eu le culot de fanfaronner parce qu'il n'y a pas de grandes manifestations dans le pays contre l'austérité. Tôt ou tard, les travailleurs lui donneront des raisons de ravaler sa morgue et son air satisfait.

Nathalie ARTHAUD