Un programme pour les luttes à venir

Notre programme n’est pas un catalogue de promesses qu’un vote suffirait à faire appliquer. Constitué des objectifs nécessaires à la survie des travailleurs, sa mise en œuvre nécessite de s’en prendre aux profits de la bourgeoisie et de remettre en cause sa domination sur l’économie. C’est un programme de lutte.

Contrairement aux autres candidats, nous ne considérons pas le marché et la concurrence comme des lois de la nature, mais comme les bases d’un système qui ne fonctionne que pour une minorité.

Nous sommes pour mettre fin, par l’expropriation de la grande bourgeoisie, à la dictature que cette minorité capitaliste exerce sur l’économie. La société devrait être organisée sur des bases collectives. Les grands moyens de production, les usines, les banques, devraient appartenir à l’ensemble de la société, afin de les faire fonctionner dans l’intérêt de tous et pas pour le profit d’une petite minorité.

Il ne suffit pas d’un programme pour déclencher les luttes nécessaires pour renverser le rapport de forces dans la guerre sociale que la bourgeoisie mène contre les travailleurs. Mais, lors des prochains coups de colère, lors des prochaines mobilisations, les travailleurs devront avoir des objectifs communs, une politique permettant d’unifier leurs combats. Populariser un tel programme, discuter des moyens d’imposer nos intérêts vitaux, se mettre en ordre de marche, au moins dans nos têtes, c’est le début du combat.