Travailleurs d'outre-mer

La situation des travailleurs de l'Outre-mer est la même qu'en France, mais en pire. Les problèmes les plus dramatiques des salariés, la menace de licenciement, le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la détérioration des services publics ne sont pas des problèmes locaux. Leur solution ne l’est pas davantage. À la différence des principaux candidats de gauche, de droite ou d’extrême droite, je ne prétends pas défendre « les intérêts de la France et des Français ». Je défends les travailleurs et tous les exploités de France et d’Outre-mer. 

La situation du monde du travail est encore plus difficile en Outre-mer qu’en métropole. Mais, en métropole comme en Outre-mer, il y a deux France : celle des exploiteurs capitalistes, celle du grand patronat, d’une part ; celle des exploités, des travailleurs en activité ou privés d’emploi, des petits retraités, celle de tous les pauvres, d’autre part. Mon programme pour d’Outre-mer se fonde donc, comme en métropole, sur les besoins vitaux de la population laborieuse, salariés, chômeurs, retraités :

·   Un emploi et un salaire décent pour tous. Les besoins dans tous les domaines de la vie sociale sont loin d’être satisfaits.

·   Pas de salaire, pas de retraite, en dessous de 1800 € net. Quant aux allocations, aux minima sociaux, ils doivent être transformés en salaire.

·   Interdiction des licenciements qui alimentent le chômage et font peser sur ceux qui ont encore un travail, des cadences et des pressions insupportables

·   Partage du travail entre tous.

·   Il faut que les travailleurs exercent un contrôle sur les comptes des entreprises, un contrôle sur la formation des prix.

·   Il faut prendre l’argent nécessaire sur les immenses profits du grand patronat pour répondre aux problèmes particuliers des classes exploitées salariés mais aussi  commerçants, artisans, petits paysans – qui n’exploitent personne mais qui subissent la loi des banques et des grands groupes capitalistes.

C’est un programme de lutte. C’est un programme de classe, celui des travailleurs, des exploités, des retraités, des classes laborieuses. Voter pour ma candidature c’est faire entendre le camp des travailleurs, c’est avoir conscience qu’il faudra des luttes collectives du monde du travail pour imposer aux capitalistes, aux bourgeois, aux gros actionnaires, aux banquiers et aux hommes politiques à leur service les mesures utiles et indispensables.

Nathalie Arthaud est communiste, comme nous à Combat Ouvrier ! Pour faire entendre le camp des travailleurs, pour que les travailleurs et les exploités puissent dire qu’ils existent et qu’ils ont des droits à défendre.

Pour crier que le scandale du manque d’eau courante est un crime contre les usagers de Guadeloupe. Les coupables sont tous ces politiciens et notables qui ne font pas ce qu’il faut pour que ça change rapidement. Seule une grande colère collective le fera ! Pour dire qu’il faut éradiquer le chômage, et donc interdire les licenciements, répartir le travail entre tous par la diminution du temps de travail, sans diminution de salaire !

Pour dire qu’il faut exiger l’augmentation des salaires et des pensions à chaque fois que les prix augmentent. Pour dire qu’il faut exiger qu’aucun salaire ne soit inférieur à 1800 euros net ! Et c’est un minimum pour ne pas tomber dans la déchéance et la misère. Pour dire qu’il faut que les travailleurs exercent un contrôle sur les comptes des entreprises.

Pour dire qu’il faut prendre l’argent nécessaire sur les immenses profits du grand patronat. Nathalie Arthaud de Lutte ouvrière et Combat Ouvrier vous appellent à voter pour ce programme. C’est un programme de lutte. C’est un programme de classe, celui des travailleurs, des exploités, des retraités, des classes laborieuses.

Visitez le site internet de Combat Ouvrier : http://combat-ouvrier.net