Religions

Lutte ouvrière est une organisation communiste qui se réclame des idées marxistes, c’est-à-dire de conceptions matérialistes et scientifiques. Ce sont les sociétés humaines qui ont inventé les dieux à un certain stade de leur développement. 
L’influence des religions est le résultat de l’arriération de notre société. Combien d’hommes et de femmes vivent dans des conditions misérables ? Les crises ou les guerres bouleversent aujourd’hui leur existence, encore plus sûrement qu’autrefois les intempéries ou les épidémies. La religion rassure, en proposant des explications simplistes et, en général, une vie après la mort. Pour reprendre la formule de Marx : « La religion est l’opium du peuple ». 
Les religions qui prêchent la soumission aux plus pauvres et les incitent à accepter l’ordre social ont toujours été utilisées par les classes dominantes pour conforter leur pouvoir sur les exploités.
La religion est aujourd’hui utilisée comme un masque par des courants politiques réactionnaires. Comme ces fondamentalistes protestants aux États-Unis ou catholiques en France qui peuvent faire le coup de poing contre les femmes qui veulent avorter ou contre les médecins qui pratiquent les avortements. C'est le cas aussi des intégristes juifs en Israël qui veulent interdire toute circulation le samedi, et c'est le cas des intégristes musulmans qui veulent imposer le voile islamique aux femmes. Toutes ces interventions ne sont en plus que les premiers actes d'une politique qui vise à imposer une dictature sur les pensées avant d'imposer une dictature tout court.
Ces courants politiques sont des adversaires des travailleurs et représentent un danger mortel, y compris et même surtout pour ceux qui se revendiquent de la même confession. Il serait criminel pour une organisation révolutionnaire communiste de ne pas mettre en garde contre ce danger et de ne pas préparer les travailleurs à l'affronter.
Partisans de la liberté de penser, nous ne sommes pas pour l’interdiction des religions, mais nous militons contre leur influence. Nous défendons l’athéisme et les raisonnements matérialistes que nous cherchons à transmettre. Mais nous sommes conscients que la religion a des racines sociales profondes qui plongent dans la souffrance quotidienne des exploités. Nous savons que les progrès scientifiques, les découvertes, ne feront pas disparaître les croyances dans une société où l'immense majorité est opprimée, et où l'économie capitaliste ressemble à une puissance surnaturelle indomptable.
La religion ne disparaîtra que lorsque l'humanité aura enfin pris les rênes de son destin en main, c'est-à-dire quand la classe ouvrière aura écarté la bourgeoisie et supprimé l'anarchie qui règne dans l'économie.
C'est la conscience de ce rôle historique qui peut être la base de l'unité du prolétariat. Et ce sera alors aux travailleurs communistes d'entraîner les autres qui, lorsque l'explosion sociale arrivera, chercheront des programmes et des idées.

Laïcité

Une complète séparation des Églises et de l’État est un préalable aux libertés élémentaires, notamment celles des femmes.

La laïcité, c'est le rejet total de la religion dans la sphère privée et la mise en place d'un véritable principe d'égalité de traitement (de non traitement devrait-on dire) de toutes les religions, ce qui permettrait enfin de pouvoir dire qu'on vit dans une société qui ne privilégie pas une religion face aux autres.

La laïcité de l'Etat actuel n'est qu'un vague compromis avec l'église catholique élaboré en 1905. C’est tellement un texte de compromis qu'il faut rappeler qu'après 1918, l'Etat n'eut jamais le courage de l'appliquer à l'Alsace Lorraine, ce qui serait quand même un minimum un siècle plus tard !

Une véritable laïcité imposerait d'arrêter toute forme de subvention à l'enseignement religieux.