Fillon droit dans ses bottes sur le Titanic

03 Mars 2017

Les tourments judiciaires du candidat Fillon n’en finissent plus. Et plus il se défend, plus son arrogance ressort. Fillon, le chantre de la comparution immédiate et de la tolérance zéro pour les petits délinquants, celui qui veut abaisser la majorité pénale à 16 ans, s’offusque de ce que la justice, pour lui, est précipitée et expéditive !

Dans les médias, il a aussi souvent été un des premiers à condamner les travailleurs quand ceux-ci se battaient pour leur emploi. Après l’affaire de la chemise déchirée d’Air France, il avait réclamé « des sanctions » à l’encontre des salariés au nom de « l’Etat de droit »… avant même tout jugement. Qu’aujourd’hui Fillon s’empêtre dans les affaires judiciaires, eh bien, oui c’est plutôt réjouissant. Et il n’y a aucune raison de bouder son plaisir.

« Fillon nous vole la campagne », « il est indigne de la fonction », entend-on de plus en plus, y compris à gauche avec Mélenchon qui demande à Fillon de se retirer car une situation pareille  « n’est pas bonne pour la démocratie». Mais où est le problème ? Nous voyons aujourd’hui les politiciens tels qu’en eux-mêmes ! D’habitude, nous ne découvrons leurs mensonges qu’une fois qu’ils sont élus. Là, c’est en direct, avant l’élection, alors nous n’allons pas nous plaindre.

Ce qui gêne les autres candidats, c’est que Fillon est devenu un piètre acteur et qu’il sape la comédie électorale jouée par tous. La campagne est en effet le temps où ces politiciens bourgeois veulent endormir les travailleurs et les bercer d’illusions. Le temps où ils mentent tous en laissant croire qu’ils amélioreront le sort des classes populaires alors qu’ils se préparent à servir la bourgeoisie sur un plateau.  Aujourd’hui cette comédie apparaît pour ce qu’elle est, une mascarade, et c’est tant mieux !